La pratique est l’élément déterminant de la Méditation. Elle permet, au fil de l’immersion, de prendre conscience de ce qu’elle apporte, modifie et pointe. Dans ce travail au long cours, il est indispensable de confirmer ses observations.

La recherche d’informations est une des manières de le faire. Le but de cet article est d’alimenter votre curiosité naturelle qui va de pair avec un intérêt grandissant pour la pratique.

1. Un outil simple

La pratique en elle-même n’est pas compliquée. Elle consiste, dans un premier temps, à se servir de supports pour focaliser l’attention afin de la stabiliser. Par leurs constantes disponibilités ce sont, le plus souvent, le corps et le souffle qui sont utilisés durant cette phase préliminaire.

« Définissez la tranquillité d’esprit comme votre but le plus élevé et organisez votre temps autour d’elle. »

Brian Tracy

2. S’arrêter

C’est le premier aspect de la Méditation. La manière la plus répandue de se « connaître » est dans cette fuite en avant qu’est le faire. C’est une appréhension de soi biaisée puisqu’elle fixe une image relative à des expériences qui, par nature, sont temporaires. La Méditation pose l’hypothèse inverse : comment se connaître vraiment sans prendre le temps de s’arrêter ?

« Lorsque vous perdez le contact avec votre immobilité intérieure, vous perdez le contact avec vous-même. Quand vous perdez le contact avec vous-même, vous vous perdez dans le monde. »

Eckhart Tolle

 

3. Rien à comprendre

Au départ, il est difficile d’appréhender où mène la Méditation. Il y a ce réflexe profond de vouloir comprendre, analyser, comme si la vie n’existait qu’au niveau du mental et devait, inéluctablement, passer par ce filtre pour avoir un sens. La Méditation permet de découvrir une autre manière de fonctionner plus harmonieuse.

« Quand vous arrêtez de penser, vous n’imaginez plus les choses qui ne sont pas vraies. »

H.W.L Poonja

 

4. Stabiliser le mental

Il est souvent imagé comme un taureau ; sauvage, imprévisible et potentiellement agressif. Ce n’est pas le but de la Méditation que d’en prendre les rênes. Mais, pour progresser, le mental se doit de rentrer en résilience. C’est une véritable libération de constater qu’il est possible, avec l’entraînement, de moins subir sa capacité d’accaparement.

« L’esprit : un merveilleux serviteur, un maître dangereux»

Osho

 

5. Observer

Au fil de la pratique, de la distance s’installe. En devenant témoin du fonctionnement “corps-esprit”, il devient alors possible de ne plus subir les pensées-émotions. Non pas qu’elles ne soient plus là, mais le choix se profile de les entendre sans les écouter.

« Le salut vient de voir les choses telles quelles sont. »

Nisargadatta Maharaj

 

6. L’entraînement

Il est la clef. Quelle que soit la voie choisie, l’intensification de la répétition, jour après jour, permet à la Méditation de rayonner dans tous les aspects de la vie. C’est comme cela qu’elle peut continuer à dominer une fois les yeux ouverts et guider nos actions et réactions de manière plus équilibrée.     

« L’esprit qui perçoit la limitation est la limitation. »

Bouddha

 

7. Une pratique pragmatique

À aucun moment il s’agit de donner les clefs à une autre personne que soi, mais bien d’apprendre à observer comme un scientifique. Si j’évoque le mouvement des pensées qui vont et viennent, qui ne restent pas, la compréhension de cette mécanique est inutile. Seul le fait d’être témoin direct du fonctionnement, transforme le rapport à soi en profondeur.

« La Méditation sans objectivité est une perte d’effort. »

Swami Sivananda

 

8. Les bienfaits

Ils sont nombreux et, à l’heure actuelle, de plus en plus validés par la science. Mais cette manière d’aborder l’outil, par l’aspect des conséquences, est réducteur. Fondamentalement, la Méditation n’est pas un travail thérapeutique, elle consiste à rentrer à la maison et enfin se détendre mentalement et physiquement. Le corps-esprit libéré des peurs, des tensions et du stress peut finalement fonctionner sans aucune entrave.

« Faites face à vos peurs et cessez de permettre au mental de vous garder captif. »

Mooji

 

9. Un outil de recherche

Il est primordial d’associer ce dernier à la recherche commune à toute l’humanité : celle du bonheur. Dans ce processus de développement potentiel que représente une vie humaine, il est naturel, dans un premier temps, d’explorer ce bonheur à l’extérieur. Mais il est aisé de constater que la vérité est toute autre. Alors, éventuellement peut commencer une introspection profonde consistant à tourner son attention vers l’intérieur.

« Quand les cinq sens et l’esprit sont calmés, quand le raisonnement intellectuel disparaît dans le silence, alors commence le chemin le plus évolué. »

Katha Upanisahd

10. Un processus complet

Il est constitué d’étapes interdépendantes. La Méditation n’est pas une fin en soi, mais éclaire la route du retour à la maison. Une fois complétée, naturellement, la pratique s’arrêtera. C’est important de le savoir pour continuer à avancer quels que soient les obstacles, la lassitude… Il y a bel et bien une fin à ce travail.

« Aussi longtemps que vous serez conscient de votre méditation, vous aurez la possibilité d’aller plus en profondeur. »

Nisargadatta Maharaj

 11. Une pratique laïque

Il y a de nombreuses manières d’aborder la Méditation. Peu importe le chemin choisi parce qu’ils sont censés tous se retrouver à un certain point. Notamment en invitant à créer un état d’apaisement suffisant pour observer tel un scientifique. À aucun moment il ne s’agit de croyances, de dogmes, d’imagination ou encore d’ésotérisme mais bien au contraire de pragmatisme. Parler de Méditation laïque est un pléonasme, parce que dès lors qu’elle sort de ce cadre, c’est autre chose.

« Soyez le spectateur silencieux de vos pensées et de votre comportement. Vous êtes au-delà du penseur. Vous êtes le calme au-delà du bruit mental. Vous êtes l’amour et la joie au-delà de la douleur. »

Eckhart Tolle

 12. Rien à devenir

Le principe de base posé par la Méditation est que tout a toujours été là, caché par le fonctionnement du corps-esprit. Il s’agit de découvrir, au fil de l’immersion dans la pratique, la réalité au-delà des apparences. Il n’est surtout pas question de se trouver une nouvelle identité, mais bien au contraire, de toutes les abandonner.     

 

« La pratique de la Méditation ne consiste pas à essayer de se changer pour quelque chose de mieux… Il s’agit de se lier d’amitié avec ce que nous sommes déjà. »

Pema Chödrön

13. Le silence

Il y a une confusion autour de celui-ci. Il ne s’agit pas plus de celui intérieur que de celui extérieur, mais d’un troisième, séparé des deux autres. C’est la lumière intérieure que la pratique découvre, et que la Méditation invite à laisser de plus en plus rayonner. Pour ce faire, aucune magie n’est nécessaire, juste s’assoir et fermer les yeux jour après jour. 

« Le silence est une force puissante. C’est ce lieu à l’intérieur où réside la sagesse, la clarté et le calme. »

Pragito Dove

 14. Un art de vivre

La pratique méditative est indissociable de l’élément temps. Elle ne peut rayonner sans une implication pleine et entière, et demande un engagement à terme. Cela devient possible en devenant naturellement un acte d’hygiène, aussi indispensable, que celui que nous appliquons à notre corps.

« La nature ne se presse jamais et pourtant tout est accompli. »

Lao Tseu

 15. Une pratique empirique

Rien ne peut remplacer de la faire et il n’est, en aucun cas, question de connaissances. Il ne s’agit pas de croire, d’imaginer mais de voir par soi-même. Seul l’entraînement permet de défaire les habitudes mentales et de laisser émerger une autre réalité.

« La plus haute forme d’intelligence est de s’observer soi-même sans jugement. »

Jiddu Krishnamurti

 16. La présence

Le moment présent est notre unique réalité et il est impossible de s’en extraire. Que je pense au futur ou au passé cela arrive maintenant. Le bavardage mental extirpe de la présence. La pratique transforme cette tendance au fil de l’immersion.

« Quand vous êtes emporté par vos inquiétudes, peurs et colères, vous vous perdez vous-même. »

Tich Nhat Hanh

 

17. Les expériences

La tendance naturelle, au début de l’apprentissage, est d’attendre que quelque chose se passe pendant le temps de Méditation. Comme un éclair qui ferait passer d’un état endormi à celui éveillé en une seconde. Mais ce n’est pas le processus. Au contraire, rien ne doit se passer et, quoi qu’il arrive, un méditant va le laisser passer sans lui donner de valeur.

« Ce qui n’est pas permanent ne vaut pas la peine de lutter.»

Ramana Maharshi

 18. L’outil des Maîtres de sagesse

Il y a une tendance, depuis que la Méditation se démocratise, à l’appréhender comme une thérapie. Force est de constater qu’elle répond à de nombreux maux de nos sociétés comme, par exemple, de lutter contre le stress. Mais ce n’est pas suffisant pour s’y impliquer d’une manière juste et pérenne. C’est un outil profond dont la finalité est de rentrer à la maison.

« Sans Méditation vous ne connaissez pas les secrets de la vie, vous n’en connaissez que la surface.» 

Osho

 19. Pas de prise en charge possible

La spécificité de la Méditation est qu’elle se nourrit d’un besoin impérieux : celui de ne plus souffrir. Sur ce chemin de développement personnel ultime il n’y a que soi qui peut savoir pour soi-même. Il ne s’agit pas de suivre un « groupe » ou de rentrer en religion, mais bien au contraire de se tenir debout, seul, décidé à avancer au-delà des circonstances.

« Il faut une grande autonomie pour vraiment se tenir debout, à sa place.» 

Asyashanti

 20. Changer de paradigme

Le fait de se libérer de l’omnipotence et omniprésence du mental ouvre un nouveau champ des possibles. La gratitude pour ce cadeau qu’est la vie peut pleinement s’exprimer, et la tendance en cette fuite en avant dans le faire n’a plus de sens. Tout ce qui n’est pas essentiel perd de sa valeur. 

« La vie commence là où les peurs cessent.»

Osho

 

21. L’écoute

Il est fondamental de prendre soin de soi, d’être à l’écoute de ses besoins sans plus aucune répression. En étant en harmonie avec soi, il devient naturel d’apaiser la relation aux autres. Comme si chaque pièce du puzzle existentiel se mettait en place pour laisser l’espace à ce qui est simple et naturel.

« Si vous regardez la vie en surface, elle est brutale. Si vous la regardez avec une certaine sensibilité, elle est belle. Mais si vous la regardez avec profondeur, tout devient magique.»

Sadhguru

La vaste étendue qu’ouvre le champ de la pratique fait que cet article est loin d’être exhaustif. Il s’agit, en substance, d’être de plus en plus convaincu de ce choix afin de favoriser l’immersion. C’est une manière d’aller vers la Méditation profonde qui se situe au-delà des techniques. Le plus dur étant de commencer à le faire. Une fois en place, la confiance et la constance, permettront de toujours continuer tout droit, sans regarder ni à droite ou à gauche.

Gaël Brajeul, 2018, tous droits réservés.

Vous aimerez certainement aussi